Otletosphère 2.0 : un réseau ouvert

Le programme de recherche HyperOtlet porte sur l’œuvre du juriste et bibliographe Paul Otlet (1868-1944), en reprenant notamment sa volonté de faire de la documentation une pratique scientifique et plurielle, car collaborative, transmédiatique et universelle. L’Otletosphère est l’une des réalisations d’HyperOtlet et s’inscrit dans cette même démarche « méta ».

L’Otletosphère permet d’abord d’étudier le réseau intellectuel et professionnel de Paul Otlet. Elle constitue un point de départ pour réfléchir sur ses inspirations, la genèse de son œuvre, les domaines connexes (notamment le classement, le transhumanisme et la liberté de pensée), mais aussi sur ses pairs et opposants. Elle propose de contextualiser ces informations par la mise en réseau, dans une logique hypertextuelle dont Paul Otlet était un précurseur.

Par ailleurs, l’Otletosphère constitue un outil réutilisable pour d’autres objets de recherche. Les fonctions qui y sont intégrées font de cette interface web un outil efficace pour circuler dans un ensemble d’entités (personnes, organisations, œuvres, évènements). Les éléments descriptifs sont volontairement brefs et renvoient à des sources externes : c’est la caractérisation des relations entre entités qui est mise en avant, à travers la visualisation sous forme de graphe interactif.

Ce billet explique les fonctionnalités de l’Otletosphère, publiée fin 2020 en version 2.0.


 

Guillaume Brioudes, Arthur Perret, Olivier Le Deuff, & Clément Borel. (2020). Otletosphère (Version 2.0.0). Zenodo. http://doi.org/10.5281/zenodo.3981189

Historique du projet

La version dont il est question dans ce billet succède à un premier prototype développé par Jean David. On retrouvait alors déjà les principaux éléments de l’Otletosphère : sur une première page, un graphe central interactif avec un espace latéral pour y décrire l’entité sélectionnée ; sur une autre page, la liste des entités ; enfin, sur une dernière page, la description du projet. La base de données était déjà conçue sur un tableur collaboratif Google Sheets, régulièrement exporté pour mettre à jour le site.

Le maître-mot de la nouvelle version est la fluidité. Nous avions pour objectif de développer un outil ouvert et fluide, à la fois dans son utilisation, sa maintenance et sa mise à jour. Cela concerne la mise à jour des données, les modifications du traitement de ces données, la conception de l’interface et sa traduction, ainsi que la navigation.

Graphe relationnel

Au centre du graphe se trouve un nœud central qui correspond à Paul Otlet. Celui-ci est relié à la plupart des autres entités, lesquelles correspondent essentiellement aux personnes et institutions avec lesquelles il entretient une relation, cette dernière étant caractérisée par un lien coloré en fonction du type de relation à Paul Otlet.

Nous avons gagné en lisibilité par rapport à la première version, notamment en allouant plus d’espace au graphe. Quelques informations biographiques sont présentées dans un panneau rétractable, lequel participe désormais activement à la navigation et à la compréhension du graphe. En effet, en dessous de la description de l’entité sélectionnée se trouve désormais une liste des entités auxquelles elle est reliée. Celles-ci sont caractérisées par une pastille de couleur, laquelle correspond au type de relation à Paul Otlet.

La masse de connexions étant importante, nous avons travaillé sur une aide à la lecture. Ainsi, survoler une entité la met en avant, ainsi que ses relations. Cet effet est accentué en sélectionnant l’entité : les liens s’épaississent, ce qui facilite la comparaison relationnelle avec d’autres entités survolées.

Navigation

Comme dans la première version, il est possible de trier les entités affichées depuis les boutons de la barre de navigation. Cela a un effet direct sur trois affichages : le graphe, la liste des entités et le moteur de recherche. Ce dernier est un des grands ajouts de la version 2.0. Il permet de retrouver une entité dans la base de données et de zoomer sur le nœud et les relations correspondantes.

Nous avons également renforcé l’interconnexion des trois principaux éléments de l’interface que sont le graphe, la liste des entités et le panneau latéral de description. Sélectionner une entité depuis l’un de ces trois espaces actualise la description affichée dans le panneau, mais déclenche aussi un zoom dans le graphe sur le nœud correspondant. De même, sélectionner la langue depuis la barre de navigation affecte immédiatement l’ensemble des contenus.

L’Otletosphère se rapproche désormais d’une application web, conçue en synergie avec les possibilités offertes par les navigateurs. Chaque saut d’une entité à une autre est sauvegardé dans l’historique du navigateur. Par conséquent, il devient possible d’aller et venir dans son historique de consultation en utilisant les boutons reculer et avancer du navigateur, et ce sans recharger la page. Chaque entité dispose de sa propre URL (identifiant de l’entité) : ceci permet de partager un lien vers une entité et ainsi de charger l’Otletosphère directement à l’emplacement correspondant, avec le panneau de description affiché.

Réutilisation du code

Nous avons souhaité rendre possible la réutilisation de l’Otletosphère comme interface de visualisation dans d’autres contextes de recherche. Le code source est donc ouvert et librement réutilisable (licence MIT). La version 2.0 a été déposée sur Zenodo ; le développement se poursuit sur GitHub. Une documentation est en ligne pour faciliter les réutilisations.

Une première réutilisation possible, qui ne nécessite pas d’expérience particulière en développement logiciel, consiste simplement à remplacer les fichiers contenant les données (nœuds et liens). La documentation donne des conseils pour générer ces fichiers.

Le code sur lequel repose l’Otletosphère est rédigé en Javascript avec l’outil de développement Gulp. La documentation fournit là aussi des informations utiles pour comprendre l’architecture du code et le modifier.

Liens

Bibliographie

Olivier Le Deuff, Arthur Perret, Clément Borel, Jean David, « Surfer dans l’Otletosphère. Des outils pour visualiser et interroger le réseau de Paul Otlet », 2019, https://hal.archives-ouvertes.fr/sic_02480515

Otletosphere 2.0: an open network

The Otletosphere is a research tool developed by HyperOtlet, a research program dedicated to the study of documentation, in particular through the work of Belgian jurist and bibliographer Paul Otlet (1868-1944). Otlet’s ambition was to develop documentation as a scientific and multi-faceted practice—collaborative, transmedia and universal in its approach. The Otletosphere and HyperOtlet in general work towards that same ambition.

The Otletosphere allows us to explore the intellectual and professional network surrounding Paul Otlet. It can be used as a starting point for reflecting on Otlet’s inspirations, the genesis of his work in several areas (especially classification, transhumanism and freedom of thought), but also on his relations with his peers and opponents. As a data visualization project, it helps contextualize the information by displaying it as a network, in the hypertextual fashion of which Paul Otlet was a precursor.

In addition, the Otletosphere is a reusable program that can be adapted to other research topics. As a web interface with various functionalities, it can be an effective tool for navigating a complex set of entities (people, organizations, works and events). Descriptive elements are intentionally kept brief and point to external sources: the focus of the Otletosphere is the characterization of the relationships between entities, and their visualization in the form of an interactive graph.

In this blog post, we explain the features of the Otletosphere, on the occasion of its 2.0 release.

Guillaume Brioudes, Arthur Perret, Olivier Le Deuff, & Clément Borel. (2020). Otletosphere (Version 2.0.0). Zenodo. http://doi.org/10.5281/zenodo.3981189

Project history

Version 2.0 of the Otletosphere follows a prototype developed by Jean David in which the main components were established: an interactive graph with a sidebar containing some information about the selected entity; a list of entities in alphabetical order; a description of the project on a separate page. The database is built from a collaborative Google Sheets spreadsheet and regularly exported to update the website.

The key aspect of the new version is fluidity. Our objective was to develop an open tool with fluid use, maintenance and updating. This applies to updating the data, changing the way it is processed, designing the interface as well as translating it and navigating it.

Representing relations

At the center of the graph lies a central node, which represents Paul Otlet. It is connected to most of the other entities, which are essentially the people and institutions related to Otlet. Each link and node has a color, which is associated with a type of relation to Paul Otlet (family, colleague, rival…).

We improved the readability of the graph when compared to the first version, notably by allocating more space to it. We also modified the side panel: below the description of the selected entity, we added a list of the entities to which it is linked, with colored dots representing each entity’s type of relationship to Paul Otlet. With this change, the side panel now actively helps us understand the graph.

The amount of links in our dataset has increased, so we worked on their readability as well. Hovering over an entity highlights it, as well as its relationships. This effect is accentuated by selecting the entity: the node and its links thicken, which makes it easier to keep them in focus while hovering over other entities.

Navigation

As in the prototype, we can filter which entities are displayed by selecting the appropriate buttons on the navigation bar. This affects three components: the graph, the list of entities but also the search engine’s suggestions. The search engine is one of the biggest additions of this 2.0 version. It allows us to quickly find entities and zoom in on the corresponding node.

We have also strengthened the interconnection of the three main elements of the interface—the graph, the list of entities and the side panel. Selecting an entity from one of these three areas updates the description displayed in the panel, and also zooms in on the corresponding node. Selecting the language from the navigation bar immediately switches the language of all these elements.

The Otletosphere is now closer to a web application, designed in synergy with the possibilities offered by browsers. Each entity has its own URL: this allows us to share a link to that entity and thus load the Otletosphere directly to its corresponding location, with the description panel displayed. This also means that each selection of an entity is saved in the browser history, which makes it possible to go back and forth by using the backward and forward buttons of the browser, without reloading the page.

Reusing the code

The Otletosphere can be used as a visualization interface in other research contexts. The source code is open and freely reusable (under the MIT license). Version 2.0 has been deposited on Zenodo ; development continues on GitHub. An online documentation is provided in French and English.

One possible reuse, which does not require any particular experience in software development, simply consists in replacing the data files (nodes and links) with another set. The documentation gives some advice on how to generate these files.

The Otletosphere’s code is written in Javascript with the help of the Gulp toolkit. The documentation provides information on the code architecture and how to modify it.

Links

Bibliography

Olivier Le Deuff, Arthur Perret, Clément Borel, Jean David, “Surfer dans l’Otletosphère. Des outils pour visualiser et interroger le réseau de Paul Otlet”, 2019, https://hal.archives-ouvertes.fr/sic_02480515

Paul Otlet, figure tutélaire des humanités numériques ?

Nous mettons en ligne le document de travail de notre proposition  acceptée au colloque Humanistica qui a été annulé dans les circonstances  que  vous  connaissez.

Vous trouverez sur  HAL-SHS, le texte de notre proposition.

Vous  pourrez également trouver le panorama de notre intervention pour mieux comprendre les raisonnements sur lesquels nous  appuyons  notre intervention.

 

Otlethumanistica

 

L’homme fluidique ou Hyper-Homme chez Paul Otlet

La pensée de Paul Otlet s’avère souvent  complexe à appréhender. Parmi les  pistes peu explorées jusqu’à maintenant  figurent celles qui permettent  de considérer sa  pensée sous le regard rétrospectif du transhumanisme.

Plusieurs passages de ses  écrits, notamment ceux de  Monde (1935),  du Traité de Documentation ou d’autres écrits issus des archives montrent  une volonté d’accéder à une  connaissance quasi illimitée et une  volonté de changer le monde, la  société et probablement l’homme également.

En attendant une prochaine publication sur ces thématiques, voici la vidéo réalisée pour le colloque L’homme augmenté en Europe : rêve et cauchemar de l’entre-deux-guerres qui s’est déroulé à Lille  les 13 et 14 février dernier.


 

Lundis numériques de l’INHA – Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

Catherine Muller est conservatrice des bibliothèques à l’Enssib depuis 2010. Elle est responsable depuis 2017 des publications de la recherche et participe à ce titre à un certain nombre de projets de recherche qui articulent les sciences de l’information et des bibliothèques aux approches techniques et philosophiques des humanités numériques. Ses domaines de recherche portent sur le renouvellement de l’édition Web, l’architecture de l’information et les apports de l’UX, le rôle des bibliothèques dans les humanités numériques et la classification des connaissances à l’aube de la société de l’information (Paul Otlet).

Télécharger le PDF

Cet article est issu d’une intervention donnée avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA, le 8 avril 2019.

Durée de l’intervention : 56 mn

Frise chrono-bibliographique sommaire

Mon objectif est de replacer le projet de recherche HyperOtlet [Project ID: ANR-17-CE38-0011] dans une approche historique des Sciences de I’Information pour mettre en perspective l’émergence d’un nouveau concept de document dans le contexte culturel qui l’a vu naître. Autrement dit de situer le changement de paradigme de la documentation dans son contexte historique. Ce qui m’intéresse dans cette approche, c’est de montrer en réponse à quel contexte épistémologique, culturel, social et économique va se construire un nouveau système d’organisation de la documentation à la fin du XIXe siècle, un système dont l’objectif est d’abord à cette époque, de rattraper un retard – comparé à l’entreprise d’organisation des connaissances engagée au siècle des Lumières pour les sciences et techniques –  pour fonder une nouvelle science :  la documentation. Ce qui nous intéresse, c’est de voir que si cette nouvelle approche de Paul Otlet rompt avec la tradition, la manière dont le document était envisagé jusque-là, il n’en demeure pas moins que ce courant de pensée n’est pas isolé à l’époque, loin de là, puisqu’il s’inscrit dans un mouvement culturel et politique organisé en réseau qui se constitue à ce moment-là.

Continuer la lecture de « Lundis numériques de l’INHA – Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information »