Mise en avant

The Architext of Biblion: Digital Echoes of Paul Otlet

Available on Arthur Perret’s website

Abstract

Paul Otlet’s 1934 Traité de documentation is a landmark publication, but its considerable scope, complex structure and sheer volume make it a particularly challenging resource to use. This paper reports on an experiment in which visual methods and lexicometry are used to understand how the Traité is organized and what it is about. We describe the underlying logic of the experiment using the concepts of biblion and architext, then process the table of contents and full text of the book with several visualization methods, discussing their output. This allows us to confirm and expand on previous qualitative appraisal of the book, using quantitative methods. While primarily focused on the value of digital hermeneutics, the paper also touches on the heuristic potential of visualization when used as a methodology for data exploration.

Citation

Perret, Arthur (2018) “The Architext of Biblion: Digital Echoes of Paul Otlet,” Proceedings from the Document Academy: Vol. 5 : Iss. 2 , Article 6. 
Available at: https://ideaexchange.uakron.edu/docam/vol5/iss2/6

Paul Otlet et Monde, essai d’universalisme.

Si les fameuses citations du Traité de Documentation en ont fait un incontestable visionnaire et précurseur des visions hypertextuelles et des réseaux, la lecture de Monde paru en 1944 révèle d’autres aspects du théoricien de la documentation et des sciences de l’information


 On a pris l’habitude d’étudier Paul Otlet à la seule lecture du Traité de Documentation. La consultation des archives et de ses autres écrits permet d’affiner la compréhension du personnage.

 Si les fameuses citations du Traité de Documentation en ont  fait un incontestable visionnaire et précurseur des visions hypertextuelles et des réseaux, la lecture de Monde paru en 1935 révèle d’autres aspects du théoricien de la documentation et des sciences de l’information.

 Je propose d’étudier plus particulièrement un passage de Monde qui est extrêmement troublant, car cet extrait relativement court que j’ai choisi de vous présenter concentre de façon puissante ce qui va devenir les sciences de l’information et de la communication… mais aussi bien plus que cela. Il est tentant d’y voir des préfigurations des théories de l’augmentation et du transhumanisme.

 J’ai étudié cet extrait avec mes licences professionnelles il y a quelques semaines. Je vous en propose une brève lecture analytique après l’extrait en mettant en exergue quelques points particuliers. L’équipe du projet HyperOtlet reviendra plus en détail sur certains des aspects et des concepts dans différents travaux. Vous trouverez plus d’informations sur ce carnet.

[Début de l’extrait]

Il y a trois fonctions à considérer : A.Informations (données) ; B. Documentation (fixation en des documents) ; C. Communication (transmission).

Travail — Livre. — Livre instrument de la pensée. —Pensée, essence de l’être humain et aussi instrument de la création du milieu qui étend, élargit, amplifie l’être humain. Du train dont marche le monde, envoie d’hyperséparatisme, il n’y aura bientôt plus que la documentation pour établir un contact régulier et bienveillant entre les hommes.

RÉSEAU UNIVERSEL DE DOCUMENTATION.

 Pour conserver et utiliser cette masse formidable de documents, l’entreprise se poursuit de réaliser par coopération internationale le Réseau universel de Documentation.

 Les opérations de la documentation se réfèrent à la composition intellectuelle des ouvrages, à leur reproduction, distribution,catalographie (bibliographie), critique ; à la formation de collections, à l’œuvre de codification (élaboration des traités, encyclopédie, codes universels).

Le réseau est conçu à cinq échelons : 1°organisation de la multiplicité des données graphiques et intellectuelles pour en constituer l’unité des livres et des documents ; 2° organisation en collections déterminées de la multiplicité des livres et documents de même catégorie ; 3° organisation en institutions (bibliothèques ou offices) des diverses collections ou fonds ; 4° organisation en réseau de toutes les institutions locales, régionales et internationales, les unes spéciales, les autres générales ; 5° corrélation avec l’organisation du travail intellectuel et au delà avec l’organisation mondiale en général.

 Classification. — Dans la Classification, doivent se retrouver,comme dans l’instrument intellectuel de la synthèse suprême, et les systèmes de la pensée et l’ordre de l’action, et l’harmonie de la sensibilité. Mais pourexister dans le domaine des réalités concevables, la Classification doit s’exprimer. Cette expression elle-même ne saurait être que synthétique et conséquemment elle doit réaliser à son tour les progrès auxquels ne peuvent plus prétendre nos pauvres langues et notre vieille écriture. Elle doit combiner à la fois le meilleur de ce qu’ont apporté la Terminologie scientifique, la Notation, la Figuration schématique, la Mesure et la Standardisation, la Mathématique (algorithme, formule, calcul).

 La forme du langage exerce une influence prépondérante sur la forme de l’esprit. Le langage dirige inconsciemment notre mentalité, car il est l’élément essentiel de la pensée. Créer une Classification synthétique avec notation concise des idées c’est doter l’esprit d’une véritable langue écrite universelle capable d’agir puissamment sur la forme elle-même de la Pensée.

 Expression. — L’expression au sens large devrait comprendre toutes les productions humaines (industries, institutions, arts, sciences). Car en chacune l’homme exprime sa pensée, son sentiment, son vouloir. Plus profondément encore, l’expression peut être envisagée comme une réaction de l’impression faites sur lui, une réaction élaborée en vue de réaliser un nouvel équilibre entre le moi et le non moi. Le processus de l’élaboration se dégage lentement de l’élaboration elle-même, il prend existence autonome dans des objets(concrets), dans des systèmes d’idées (abstraits).

 La propagande. — Elle prend une place capitale dont l’ancien prosélytisme religieux n’était qu’un faible essai. Elle dispose d’une instrumentation toujours plus perfectionnée : l’école, la presse, la radio, les réunions, le cinéma, les fêtes et cérémonies, l’église. Le bourrage de crânes pendant la guerre, un an de propagande de la presse Morgan aux États-Unis et les esprits préparés à la guerre. Maintenant un ministère de la propagande en Allemagne confié à Goebbels. Le Dr Walter Gross a réduit à ces trois points les principes de la propagande : 1° se limiter à quelques idées simples, voire primitives ; 2° présenter des idées comme indiscutables ;3° ne cesser d’enfoncer ces idées dans la conscience des masses comme avec un marteau. Cependant toute propagande basée sur des erreurs et des mensonges finit par faire éclater la contraction avec la réalité. Alors arrive la méfiance et la propagande se casse le cou.

Problème ultime de la documentation.

 Dans chaque science, dans chaque ordre d’activité, il y a intérêt de chercher à définir son problème ultime, un état assurément loin d’atteinte, mais susceptible de stimuler et coordonner les recherches particulières en leur fixant une direction générale.

Le problème ultime de la connaissance scientifique : connaître si bien toute la réalité, ses êtres, ses phénomènes et ses lois qu’il soit possible de désintégrer tout ce qui existe,de le reconstituer, de l’ordonner de manières différentes. Le problème ultime de la technique : Un seul homme n’ayant plus qu’à pousser un bouton pour que toutes les usines du monde, réglées parfaitement entr’elles, se mettent à produire tout ce qui est nécessaire à toute l’humanité. Le problème ultime de la Société : La liberté crée les divergences. Dans un état limite, plus ne serait besoin de recourir à autrui. Chacun pourrait obtenir tout ce qu’il désirerait en faisant appel directement aux choses seules, et en se dispensant des hommes. Ainsi la machine serait devenue la libératrice de chacun, son fonctionnement se faisant par un seul et les choses étant disposées dans l’ordre convenant pour ce seul.

 Et voici maintenant le problème ultime de la documentation (technique et organisation).

 L’homme n’aurait plus besoin de documentation s’il était assimilé à un être devenu omniscient, à la manière de Dieu même. À un degré moins ultime serait créée une instrumentation agissant à distance qui combinerait à la fois la radio, les rayons Röntgen, le cinéma et la photographie microscopique. Toutes les choses de l’univers, et toutes celles de l’homme seraient enregistrées à distance à mesure qu’elles se produiraient.Ainsi serait établie l’image mouvante du monde, sa mémoire, son véritable double. Chacun à distance pourrait lire le passage lequel, agrandi et limité au sujet désiré, viendrait se projeter sur l’écran individuel. Ainsi, chacun dans son fauteuil pourrait contempler la création, en son entier ou en certaines de ses parties. [fin de l’extrait]

Paul Otlet est parfois considéré, d’ailleurs par les anglophones plus que par les francophones d’ailleurs, comme un des premiers théoriciens des sciences de l’information. La première phrase de l’extrait nous en montre d’emblée la portée :

Il y a trois fonctions à considérer : A. Informations (données) ; B. Documentation (fixation en des documents) ; C. Communication (transmission).

 Le passage suivant est plus sibyllin : Travail— Livre. — Livre instrument de la pensée. — Pensée, essence de l’être humain etaussi instrument de la création du milieu qui étend, élargit, amplifie l’être humain

  On a toutefois une pensée de l’homme augmenté,qualifié ici d’ « amplifié » grâce au livre comme instrument de la pensée.

S’en suit, un plaidoyer pour la documentation comme seule réponse à un phénomène inquiétant : l’hyperséparatisme qui résonne ici comme un anti-universalisme. On pourrait être tenté d’en faire une lecture actuelle, mais le contexte est celui de la succession des conflits des deux guerres mondiales :  « Du train dont marche le monde, en voie d’hyperséparatisme, il n’y aura bientôt plus que la documentation pour établir un contact régulier et bienveillant entre les hommes. »

 Arrive dès lors la figure réticulaire qu’ Otlet associe à la documentation, l’œuvre principale finalement de son existence, le développement d’un réseau de documentation (sous-entendu mondialisé et universel)

 Je ne détaille pas ces passages, car il reflètent les travaux précédents de Paul Otlet. La partie sur classification fait référence à la classification décimale… mais pas seulement.

 On est ici dans une recherche d’écriture scientifique et de langage universel :

Cette expression elle-même ne saurait être que synthétique et conséquemment elle doit réaliser à son tour les progrès auxquels ne peuvent plus prétendre nos pauvres langues et notre vieille écriture. Elle doit combiner à la fois le meilleur de ce qu’ont apporté la Terminologie scientifique, la Notation, la Figuration schématique, la Mesure et la Standardisation, la Mathématique (algorithme, formule, calcul).

 Une sorte de mix entre différents courants, dont les formes peuvent également rappeler les tentatives autour d’Otto Neurath, mais ici on est dans des formes plus complexes. Le projet évoqué rappelle que le langage donne forme à l’esprit et qu’il convient donc de dépasser les vieilles langues pour en produire de nouveaux :

 La forme du langage exerce une influence prépondérante sur la forme de l’esprit. Le langage dirige inconsciemment notre mentalité, car il est l’élément essentiel de la pensée.Créer une Classification synthétique avec notation concise des idées c’es tdoter l’esprit d’une véritable langue écrite universelle capable d’agir puissamment sur la forme elle-même de la Pensée.

On est à nouveau ici dans l’amplification ou l’augmentation avec une langue qui ouvre des perspectives mentales étendues.

 Impossible d’être exhaustif sur l’analyse de ce passage.Toutefois, j’ai le sentiment qu’il se comprend mieux à la mesure de nos avancées actuelles. On peut retrouver pas mal de pistes contemporaines à Otlet pour les expliquer, mais probablement pas en totalité.

 Les parties sur l’expression et sur la propagande sont intéressantes pour les sciences de l’information et de la communication toutes entières et pas seulement pour le domaine de l’information science ou de la documentation. Otlet est clairement ici un théoricien de l’ensemble du domaine et on y trouve finalement déjà en germes les futurs travaux de l’école de Francfort ou des écoles qui vont étudier les médias.

 Mais le plus intéressant au final dans ce court extrait est ce passage futuriste et déjà transhumain à bien des égards et qui sont désignés chez Otlet comme les problèmes ultimes depuis ceux de  la recherche scientifique jusqu’à ceux de la documentation. Je vous invite à lire ce passage final qui va encore plus loin que le traité de documentation et qui constitue l’état de la pensée de Paul Otlet à la fin de sa vie. Sans doute faut-il réfréner une lecture trop rapide ou trop ancrée dans notre contextuelle actuelle. Cependant, je suis tenté de suivre les conseils de Valère Darchambau lors d’un débat avec un collègue qui avait bien du mal à comprendre où voulait en venir Paul Otlet. Il replaçait les travaux d’Otlet dans une perspective longue :

« Les audaces mentales de M. Otlet, ses “utopies” diront certains, prennent toute leur valeur lorsqu’on les considère en fonction du cerveau mécanique ultra-rapide que constituent ces machines. Cette caractérisation multiple et différentiée à laquelle voudrait aboutir M. Otlet, pratiquement inutilisable dans un délai valable par nos cerveaux humains lents et vite rebutés, sera vraisemblablement le “code” par le truchement duquel les machines statistiques révèleront prochainement (dans 5, 20, 50 ou x années des rapports insoupçonnés et insoupçonnables entre les choses. » [ Valère Darchambeau. Archives du Mundaneum (PP P0 462)

HyperOtlet

[Site en construction]

Ce carnet vise à informer le public sur la progression et les résultats du projet de recherche HyperOtlet (financé par l’ANR). HyperOtlet est un projet pluridisciplinaire sur l’organisation d’une tradition documentaire francophone et européenne au XXe siècle. Le point de départ est le Traité de documentation, publié par l’avocat belge Paul Otlet en 1934. Le traité propose une théorie et une pratique de la documentation, une architecture et des dispositifs de la connaissance, une forme éditoriale ouverte (livre, encyclopédie, fichier). HyperOtlet a une quadruple dimension : théorique, historique, documentaire et technique.