Mise en avant

Documenter la documentation : une tradition européenne et francophone – Journée de recherche virtuelle sur le projet de recherche ANR HyperOtlet (2017-2021)

Journée de recherche virtuelle du 29 octobre 2021 organisée par l’Enssib dans le cadre du projet de recherche ANR HyperOtlet (2017-2021).

Inscrit dans les sciences de l’information et le développement des Humanités numériques, le projet de recherche ANR HyperOtlet articule des recherches historiques et documentaires pour questionner la portée du paradigme documentaire au début du XXsiècle à partir d’une oeuvre fondatrice, le Traité de documentation de Paul Otlet, à travers laquelle toute une époque peut être interrogée dans son rapport à la documentation. L’objectif est de mesurer ses résurgences dans la période contemporaine en proposant une lecture « rétro-prospective » de la documentation centrée sur les notions d’espace de savoirs, de matérialisation et de visualisation des connaissances dans la première partie du XXe siècle jusqu’à nos jours.

Cette approche permet ainsi d’embrasser différentes manières d’étudier l’oeuvre de Paul Otlet et son contexte en articulant différentes méthodes de recherches, issues notamment des humanités digitales, pour ouvrir de nouvelles potentialités d’études sur des objets et concepts très contemporains : les interfaces, les dispositifs informationnels et communicationnels, les réseaux, les documents, les archives, les encyclopédies, les systèmes d’indexation, les milieux de savoirs.

L’ambition du projet porte sur la conception d’un dispositif d’édition numérique collaboratif sur la base de nouveaux instruments de lecture, de consultation et de circulation dans les oeuvres pour construire un corpus augmenté à même de rendre compte du concept d’hyperdocument, de l’histoire des régimes documentaires, et des enjeux actuels de la documentation numérique.

Programme

 

Mise en avant

Otletosphère 2.0 : un réseau ouvert

Le programme de recherche HyperOtlet porte sur l’œuvre du juriste et bibliographe Paul Otlet (1868-1944), en reprenant notamment sa volonté de faire de la documentation une pratique scientifique et plurielle, car collaborative, transmédiatique et universelle. L’Otletosphère est l’une des réalisations d’HyperOtlet et s’inscrit dans cette même démarche « méta ».

L’Otletosphère permet d’abord d’étudier le réseau intellectuel et professionnel de Paul Otlet. Elle constitue un point de départ pour réfléchir sur ses inspirations, la genèse de son œuvre, les domaines connexes (notamment le classement, le transhumanisme et la liberté de pensée), mais aussi sur ses pairs et opposants. Elle propose de contextualiser ces informations par la mise en réseau, dans une logique hypertextuelle dont Paul Otlet était un précurseur.

Par ailleurs, l’Otletosphère constitue un outil réutilisable pour d’autres objets de recherche. Les fonctions qui y sont intégrées font de cette interface web un outil efficace pour circuler dans un ensemble d’entités (personnes, organisations, œuvres, évènements). Les éléments descriptifs sont volontairement brefs et renvoient à des sources externes : c’est la caractérisation des relations entre entités qui est mise en avant, à travers la visualisation sous forme de graphe interactif.

Ce billet explique les fonctionnalités de l’Otletosphère, publiée fin 2020 en version 2.0.

 

Guillaume Brioudes, Arthur Perret, Olivier Le Deuff, & Clément Borel. (2020). Otletosphère (Version 2.0.0). Zenodo. http://doi.org/10.5281/zenodo.3981189

Historique du projet

La version dont il est question dans ce billet succède à un premier prototype développé par Jean David. On retrouvait alors déjà les principaux éléments de l’Otletosphère : sur une première page, un graphe central interactif avec un espace latéral pour y décrire l’entité sélectionnée ; sur une autre page, la liste des entités ; enfin, sur une dernière page, la description du projet. La base de données était déjà conçue sur un tableur collaboratif Google Sheets, régulièrement exporté pour mettre à jour le site.

Le maître-mot de la nouvelle version est la fluidité. Nous avions pour objectif de développer un outil ouvert et fluide, à la fois dans son utilisation, sa maintenance et sa mise à jour. Cela concerne la mise à jour des données, les modifications du traitement de ces données, la conception de l’interface et sa traduction, ainsi que la navigation.

Graphe relationnel

Au centre du graphe se trouve un nœud central qui correspond à Paul Otlet. Celui-ci est relié à la plupart des autres entités, lesquelles correspondent essentiellement aux personnes et institutions avec lesquelles il entretient une relation, cette dernière étant caractérisée par un lien coloré en fonction du type de relation à Paul Otlet.

Nous avons gagné en lisibilité par rapport à la première version, notamment en allouant plus d’espace au graphe. Quelques informations biographiques sont présentées dans un panneau rétractable, lequel participe désormais activement à la navigation et à la compréhension du graphe. En effet, en dessous de la description de l’entité sélectionnée se trouve désormais une liste des entités auxquelles elle est reliée. Celles-ci sont caractérisées par une pastille de couleur, laquelle correspond au type de relation à Paul Otlet.

La masse de connexions étant importante, nous avons travaillé sur une aide à la lecture. Ainsi, survoler une entité la met en avant, ainsi que ses relations. Cet effet est accentué en sélectionnant l’entité : les liens s’épaississent, ce qui facilite la comparaison relationnelle avec d’autres entités survolées.

Navigation

Comme dans la première version, il est possible de trier les entités affichées depuis les boutons de la barre de navigation. Cela a un effet direct sur trois affichages : le graphe, la liste des entités et le moteur de recherche. Ce dernier est un des grands ajouts de la version 2.0. Il permet de retrouver une entité dans la base de données et de zoomer sur le nœud et les relations correspondantes.

Nous avons également renforcé l’interconnexion des trois principaux éléments de l’interface que sont le graphe, la liste des entités et le panneau latéral de description. Sélectionner une entité depuis l’un de ces trois espaces actualise la description affichée dans le panneau, mais déclenche aussi un zoom dans le graphe sur le nœud correspondant. De même, sélectionner la langue depuis la barre de navigation affecte immédiatement l’ensemble des contenus.

L’Otletosphère se rapproche désormais d’une application web, conçue en synergie avec les possibilités offertes par les navigateurs. Chaque saut d’une entité à une autre est sauvegardé dans l’historique du navigateur. Par conséquent, il devient possible d’aller et venir dans son historique de consultation en utilisant les boutons reculer et avancer du navigateur, et ce sans recharger la page. Chaque entité dispose de sa propre URL (identifiant de l’entité) : ceci permet de partager un lien vers une entité et ainsi de charger l’Otletosphère directement à l’emplacement correspondant, avec le panneau de description affiché.

Réutilisation du code

Mise à jour du 15 mars 2021

Nous avons souhaité rendre possible la réutilisation de l’Otletosphère comme interface de visualisation dans d’autres contextes de recherche. Le code source est donc ouvert et librement réutilisable (licence MIT). La version 2.0 a été déposée sur Zenodo. Le développement se poursuit désormais autour de l’Opensphère, qui constitue la brique logicielle commune à l’Otletosphère et à d’autres réalisations. Une documentation  est en ligne pour faciliter les réutilisations.

Une première réutilisation possible, qui ne nécessite pas d’expérience particulière en développement logiciel, consiste simplement à remplacer les fichiers contenant les données (nœuds et liens). La documentation donne des conseils pour générer ces fichiers.

Le code sur lequel repose l’Otletosphère est rédigé en Javascript. La documentation fournit là aussi des informations utiles pour comprendre l’architecture du code et le modifier.

Liens


– Site : http://hyperotlet.huma-num.fr/otletosphere/
– Manuel d’utilisation : https://hyperotlet.github.io/otletosphere/
– Documentation technique : https://hyperotlet.github.io/opensphere/

Bibliographie

Olivier Le Deuff, Arthur Perret, Clément Borel, Jean David, « Surfer dans l’Otletosphère. Des outils pour visualiser et interroger le réseau de Paul Otlet », 2019, https://hal.archives-ouvertes.fr/sic_02480515

Mise en avant

Paul Otlet, figure tutélaire des humanités numériques ?

Nous mettons en ligne le document de travail de notre proposition  acceptée au colloque Humanistica qui a été annulé dans les circonstances  que  vous  connaissez.

Vous trouverez sur  HAL-SHS, le texte de notre proposition.

Vous  pourrez également trouver le panorama de notre intervention pour mieux comprendre les raisonnements sur lesquels nous  appuyons  notre intervention.

 

Otlethumanistica

 

Mise en avant

L’homme fluidique ou Hyper-Homme chez Paul Otlet

La pensée de Paul Otlet s’avère souvent  complexe à appréhender. Parmi les  pistes peu explorées jusqu’à maintenant  figurent celles qui permettent  de considérer sa  pensée sous le regard rétrospectif du transhumanisme.

Plusieurs passages de ses  écrits, notamment ceux de  Monde (1935),  du Traité de Documentation ou d’autres écrits issus des archives montrent  une volonté d’accéder à une  connaissance quasi illimitée et une  volonté de changer le monde, la  société et probablement l’homme également.

En attendant une prochaine publication sur ces thématiques, voici la vidéo réalisée pour le colloque L’homme augmenté en Europe : rêve et cauchemar de l’entre-deux-guerres qui s’est déroulé à Lille  les 13 et 14 février dernier.


 

Otletosphere 2.0: an open network

The Otletosphere is a research tool developed by HyperOtlet, a research program dedicated to the study of documentation, in particular through the work of Belgian jurist and bibliographer Paul Otlet (1868-1944). Otlet’s ambition was to develop documentation as a scientific and multi-faceted practice—collaborative, transmedia and universal in its approach. The Otletosphere and HyperOtlet in general work towards that same ambition.

The Otletosphere allows us to explore the intellectual and professional network surrounding Paul Otlet. It can be used as a starting point for reflecting on Otlet’s inspirations, the genesis of his work in several areas (especially classification, transhumanism and freedom of thought), but also on his relations with his peers and opponents. As a data visualization project, it helps contextualize the information by displaying it as a network, in the hypertextual fashion of which Paul Otlet was a precursor.

In addition, the Otletosphere is a reusable program that can be adapted to other research topics. As a web interface with various functionalities, it can be an effective tool for navigating a complex set of entities (people, organizations, works and events). Descriptive elements are intentionally kept brief and point to external sources: the focus of the Otletosphere is the characterization of the relationships between entities, and their visualization in the form of an interactive graph.

In this blog post, we explain the features of the Otletosphere, on the occasion of its 2.0 release.

Guillaume Brioudes, Arthur Perret, Olivier Le Deuff, & Clément Borel. (2020). Otletosphere (Version 2.0.0). Zenodo. http://doi.org/10.5281/zenodo.3981189

Project history

Version 2.0 of the Otletosphere follows a prototype developed by Jean David in which the main components were established: an interactive graph with a sidebar containing some information about the selected entity; a list of entities in alphabetical order; a description of the project on a separate page. The database is built from a collaborative Google Sheets spreadsheet and regularly exported to update the website.

The key aspect of the new version is fluidity. Our objective was to develop an open tool with fluid use, maintenance and updating. This applies to updating the data, changing the way it is processed, designing the interface as well as translating it and navigating it.

Representing relations

At the center of the graph lies a central node, which represents Paul Otlet. It is connected to most of the other entities, which are essentially the people and institutions related to Otlet. Each link and node has a color, which is associated with a type of relation to Paul Otlet (family, colleague, rival…).

We improved the readability of the graph when compared to the first version, notably by allocating more space to it. We also modified the side panel: below the description of the selected entity, we added a list of the entities to which it is linked, with colored dots representing each entity’s type of relationship to Paul Otlet. With this change, the side panel now actively helps us understand the graph.

The amount of links in our dataset has increased, so we worked on their readability as well. Hovering over an entity highlights it, as well as its relationships. This effect is accentuated by selecting the entity: the node and its links thicken, which makes it easier to keep them in focus while hovering over other entities.

Navigation

As in the prototype, we can filter which entities are displayed by selecting the appropriate buttons on the navigation bar. This affects three components: the graph, the list of entities but also the search engine’s suggestions. The search engine is one of the biggest additions of this 2.0 version. It allows us to quickly find entities and zoom in on the corresponding node.

We have also strengthened the interconnection of the three main elements of the interface—the graph, the list of entities and the side panel. Selecting an entity from one of these three areas updates the description displayed in the panel, and also zooms in on the corresponding node. Selecting the language from the navigation bar immediately switches the language of all these elements.

The Otletosphere is now closer to a web application, designed in synergy with the possibilities offered by browsers. Each entity has its own URL: this allows us to share a link to that entity and thus load the Otletosphere directly to its corresponding location, with the description panel displayed. This also means that each selection of an entity is saved in the browser history, which makes it possible to go back and forth by using the backward and forward buttons of the browser, without reloading the page.

Reusing the code

Updated on March 15th, 2021

The Otletosphere can be used as a visualization interface in other research contexts. The source code is open and freely reusable (under the MIT license). Version 2.0 has been deposited on Zenodo. Active development has moved to Opensphere, a reusable template for Otletosphere-like projects. An online documentation is provided.

One possible reuse, which does not require any particular experience in software development, simply consists in replacing the data files (nodes and links) with another set. The documentation gives some advice on how to generate these files.

The Otletosphere’s code is written in Javascript. The documentation provides information on the code architecture and how to modify it.

Links


– Website : http://hyperotlet.huma-num.fr/otletosphere/
– User Manual : https://hyperotlet.github.io/otletosphere/
– Software documentation: https://hyperotlet.github.io/opensphere/

 
 

 

Bibliography

Olivier Le Deuff, Arthur Perret, Clément Borel, Jean David, “Surfer dans l’Otletosphère. Des outils pour visualiser et interroger le réseau de Paul Otlet”, 2019, https://hal.archives-ouvertes.fr/sic_02480515

Le projet HyperOtlet recrute ! (CDD Chercheur 12 mois) Profil : humanités numériques, histoire de la documentation

Missions

Dans le cadre du projet ANR HyperOtlet, le/la chercheur devra participer à l’élaboration de réalisations scientifiques et expérimentales dans un environnement intellectuel, documentaire et technique collaboratif, évolutif et durable (hyperdocumentation) autour des dispositifs techniques conçus par les membres du projet.

Activités 
  • Recherches documentaires et production de ressources documentaires.
  • Organisation de journées scientifiques et d’un colloque
  • Valorisation des différentes publications et des stratégies de visibilité du projet.
  • Participation aux activités de publication scientifique de l’équipe du projet.
Compétences

Doctorat dans les domaines des sciences de l’information et de la communication, de l’histoire, de l’histoire de l’art avec un intérêt pour les questions de médiation documentaire et archivistique ainsi que pour des questions muséographiques.

Un intérêt manifeste pour les interfaces web et les médiations à produire autour est souhaité.

Capacité à rédiger en anglais.

Contexte de travail

Le travail de recherche s’effectuera dans le cadre du projet ANR: HyperOtlet. Documenter la documentation. Il s’agit d’un projet interdisciplinaire centré sur les apports de Paul Otlet à l’histoire de la documentation dans la première partie du XXe siècle. Ce projet réunit des historiens, des chercheurs en sciences de l’information, des professionnels de l’information, de la muséographie et des archives.

Lieux de travail, en principe, Paris, déplacement en régions

Pour postuler rendez-vous sur : https://emploi.cnrs.fr/Offres/CDD/UMR8097-BERMUL-002/Default.aspx

The role of Paul Otlet in information science.

Visualising Paul Otlet’s work and the events surrounding it on a timeline (DOCAM 2019 Poster)

Jean David (jeandavid.pro@gmail.com), Université Bordeaux Montaigne,

Henri Sergent (henri-louis.sergent@ens.fr), CNRS

Olivier Le Deuff (oledeuff@gmail.com) Université Bordeaux Montaigne ,

Arthur Perret (arthurperret@me.com) Université Bordeaux Montaigne,

Bertrand Müller (bertrand.muller@ens.fr) CNRS-Centre Maurice Halbwachs,

Clément Borel (clement.borel@iut.u-bordeaux-montaigne.fr) , Université Bordeaux Montaigne

 HyperOtlet is a transdisciplinary project (funded by the Agence Nationale de Recherche) about a major work in the history of information science: le Traité de documentation, published in 1934 by Paul Otlet (1868–1944).

Our poster for Docam2019 will display Otlet’s key biographical events and written works on a timeline within a larger scope of the history of documentary regimes (Muller 2011), historical context, technological progress of the document and his materiality, rediscovery of Otlet’s work (Boyd, 1994), the redocumentarisation of his legacy (Pédauque, 2007) and Digital humanities (Le Deuff, 2018).

One of the first objectives of the timeline was to be able to represent bibliographic data chronologically. We have produced under Zotero a bibliography of the works of Paul Otlet as well as a list of works on Paul Otlet.

For the timeline, we chose to represent only the works of Paul Otlet by resituating them in other contexts:

– the main events of the life of Paul otlet (biography)

– the main events of the associations created by Otlet with Lafontaine

– the historical context

– the scientific context

We decide to add events after the death of Paul Otlet to explain his legacy and the influence of his work and thought until today.

Our static display will provide a link to an interactive online data visualisation (shortened URL or QR) thus enabling more editorialisation (Vitali-Rosati, 2014) possibilities. It is based on timeline.js (Northwestern University Knight Lab)

In this augmented/enriched visualisation, we will provide links to other documents and media. Our timeline is to be reused on different web supports (HyperOtlet project’s blog, Social Media, future presentations) providing more user interaction beyond the classical conference poster materiality (finite and static).

References

Le Deuff, Olivier. May 2018. “HyperOtlet: entre héritage et design prospectif pour les humanités digitales”. May 13–15, 2015, 5th Hyperheritage International Symposium Heritage and experience design in the digital age. University of Constantine 3 | Constantine, Algeria. https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/4632/files/2018/11/Ledeuffhyperotlet.pdf

Müller, Bertrand. 2011. De l’archive au document. Remarques sur l’évolution des régimes documentaires entre le XIXe et le XXIe siècle. Territoires contemporains, Centre Georges Chevrier (CGC), Université de Bourgogne, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01395409

Otlet, Paul. 1911. “L’avenir du livre et de la Bibliographíe”. Bruxelles; Paris; Zurich: Institut International de Bibliographie.

Otlet, Paul. 1934. “Traité de documentation: le livre sur le livre : théorie et pratique”. Bruxelles: Editions Mundaneum-Palais Mondial. https://fr.wikisource.org/wiki/Trait%C3%A9_de_documentation

Pédauque, Roger. T. 2007. “La redocumentarisation du monde”. Toulouse: Cépuadès-Editions.

Rayward, W. Boyd. 1994. “Some Schemes for Restructuring and Mobilising Information in Documents: A Historical Perspective.” Information Processing & Management 30: pages 163-75.https://doi.org/10.1016/0306-4573(94)90062-0

Salaün, Jean.-Michel. 2007. “La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information”. Etude de communication, (30) https://journals.openedition.org/edc/428

Vitali-Rosati, Marcello, 2014. “Qu’est-ce que l’éditorialisation ? Suite”. Culture numérique. http://blog.sens-public.org/marcellovitalirosati/quest-ce-que-leditorialisation-suite/

Keywords : Paul Otlet, timeline, visualisation of information, bibliography, zotero

PDF of the poster available: HyperOtletTimelinePosterDocam2019

Lundis numériques de l’INHA – Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information

Catherine Muller est conservatrice des bibliothèques à l’Enssib depuis 2010. Elle est responsable depuis 2017 des publications de la recherche et participe à ce titre à un certain nombre de projets de recherche qui articulent les sciences de l’information et des bibliothèques aux approches techniques et philosophiques des humanités numériques. Ses domaines de recherche portent sur le renouvellement de l’édition Web, l’architecture de l’information et les apports de l’UX, le rôle des bibliothèques dans les humanités numériques et la classification des connaissances à l’aube de la société de l’information (Paul Otlet).

Télécharger le PDF

Cet article est issu d’une intervention donnée avec Henri Sergent aux Lundis numériques de l’INHA, le 8 avril 2019.

Durée de l’intervention : 56 mn

Frise chrono-bibliographique sommaire

Mon objectif est de replacer le projet de recherche HyperOtlet [Project ID: ANR-17-CE38-0011] dans une approche historique des Sciences de I’Information pour mettre en perspective l’émergence d’un nouveau concept de document dans le contexte culturel qui l’a vu naître. Autrement dit de situer le changement de paradigme de la documentation dans son contexte historique. Ce qui m’intéresse dans cette approche, c’est de montrer en réponse à quel contexte épistémologique, culturel, social et économique va se construire un nouveau système d’organisation de la documentation à la fin du XIXe siècle, un système dont l’objectif est d’abord à cette époque, de rattraper un retard – comparé à l’entreprise d’organisation des connaissances engagée au siècle des Lumières pour les sciences et techniques –  pour fonder une nouvelle science :  la documentation. Ce qui nous intéresse, c’est de voir que si cette nouvelle approche de Paul Otlet rompt avec la tradition, la manière dont le document était envisagé jusque-là, il n’en demeure pas moins que ce courant de pensée n’est pas isolé à l’époque, loin de là, puisqu’il s’inscrit dans un mouvement culturel et politique organisé en réseau qui se constitue à ce moment-là.

Continuer la lecture de « Lundis numériques de l’INHA – Paul Otlet, un héritier des Lumières au tournant du XXe siècle, à l’aube de la société de l’information »

The Architext of Biblion: Digital Echoes of Paul Otlet

Available on Arthur Perret’s website

Abstract

Paul Otlet’s 1934 Traité de documentation is a landmark publication, but its considerable scope, complex structure and sheer volume make it a particularly challenging resource to use. This paper reports on an experiment in which visual methods and lexicometry are used to understand how the Traité is organized and what it is about. We describe the underlying logic of the experiment using the concepts of biblion and architext, then process the table of contents and full text of the book with several visualization methods, discussing their output. This allows us to confirm and expand on previous qualitative appraisal of the book, using quantitative methods. While primarily focused on the value of digital hermeneutics, the paper also touches on the heuristic potential of visualization when used as a methodology for data exploration.

Citation

Perret, Arthur (2018) “The Architext of Biblion: Digital Echoes of Paul Otlet,” Proceedings from the Document Academy: Vol. 5 : Iss. 2 , Article 6. 
Available at: https://ideaexchange.uakron.edu/docam/vol5/iss2/6

Paul Otlet et Monde, essai d’universalisme.

Si les fameuses citations du Traité de Documentation en ont fait un incontestable visionnaire et précurseur des visions hypertextuelles et des réseaux, la lecture de Monde paru en 1944 révèle d’autres aspects du théoricien de la documentation et des sciences de l’information


 On a pris l’habitude d’étudier Paul Otlet à la seule lecture du Traité de Documentation. La consultation des archives et de ses autres écrits permet d’affiner la compréhension du personnage.

 Si les fameuses citations du Traité de Documentation en ont  fait un incontestable visionnaire et précurseur des visions hypertextuelles et des réseaux, la lecture de Monde paru en 1935 révèle d’autres aspects du théoricien de la documentation et des sciences de l’information.

 Je propose d’étudier plus particulièrement un passage de Monde qui est extrêmement troublant, car cet extrait relativement court que j’ai choisi de vous présenter concentre de façon puissante ce qui va devenir les sciences de l’information et de la communication… mais aussi bien plus que cela. Il est tentant d’y voir des préfigurations des théories de l’augmentation et du transhumanisme.

 J’ai étudié cet extrait avec mes licences professionnelles il y a quelques semaines. Je vous en propose une brève lecture analytique après l’extrait en mettant en exergue quelques points particuliers. L’équipe du projet HyperOtlet reviendra plus en détail sur certains des aspects et des concepts dans différents travaux. Vous trouverez plus d’informations sur ce carnet.

[Début de l’extrait]

Il y a trois fonctions à considérer : A.Informations (données) ; B. Documentation (fixation en des documents) ; C. Communication (transmission).

Travail — Livre. — Livre instrument de la pensée. —Pensée, essence de l’être humain et aussi instrument de la création du milieu qui étend, élargit, amplifie l’être humain. Du train dont marche le monde, envoie d’hyperséparatisme, il n’y aura bientôt plus que la documentation pour établir un contact régulier et bienveillant entre les hommes.

RÉSEAU UNIVERSEL DE DOCUMENTATION.

 Pour conserver et utiliser cette masse formidable de documents, l’entreprise se poursuit de réaliser par coopération internationale le Réseau universel de Documentation.

 Les opérations de la documentation se réfèrent à la composition intellectuelle des ouvrages, à leur reproduction, distribution,catalographie (bibliographie), critique ; à la formation de collections, à l’œuvre de codification (élaboration des traités, encyclopédie, codes universels).

Le réseau est conçu à cinq échelons : 1°organisation de la multiplicité des données graphiques et intellectuelles pour en constituer l’unité des livres et des documents ; 2° organisation en collections déterminées de la multiplicité des livres et documents de même catégorie ; 3° organisation en institutions (bibliothèques ou offices) des diverses collections ou fonds ; 4° organisation en réseau de toutes les institutions locales, régionales et internationales, les unes spéciales, les autres générales ; 5° corrélation avec l’organisation du travail intellectuel et au delà avec l’organisation mondiale en général.

 Classification. — Dans la Classification, doivent se retrouver,comme dans l’instrument intellectuel de la synthèse suprême, et les systèmes de la pensée et l’ordre de l’action, et l’harmonie de la sensibilité. Mais pourexister dans le domaine des réalités concevables, la Classification doit s’exprimer. Cette expression elle-même ne saurait être que synthétique et conséquemment elle doit réaliser à son tour les progrès auxquels ne peuvent plus prétendre nos pauvres langues et notre vieille écriture. Elle doit combiner à la fois le meilleur de ce qu’ont apporté la Terminologie scientifique, la Notation, la Figuration schématique, la Mesure et la Standardisation, la Mathématique (algorithme, formule, calcul).

 La forme du langage exerce une influence prépondérante sur la forme de l’esprit. Le langage dirige inconsciemment notre mentalité, car il est l’élément essentiel de la pensée. Créer une Classification synthétique avec notation concise des idées c’est doter l’esprit d’une véritable langue écrite universelle capable d’agir puissamment sur la forme elle-même de la Pensée.

 Expression. — L’expression au sens large devrait comprendre toutes les productions humaines (industries, institutions, arts, sciences). Car en chacune l’homme exprime sa pensée, son sentiment, son vouloir. Plus profondément encore, l’expression peut être envisagée comme une réaction de l’impression faites sur lui, une réaction élaborée en vue de réaliser un nouvel équilibre entre le moi et le non moi. Le processus de l’élaboration se dégage lentement de l’élaboration elle-même, il prend existence autonome dans des objets(concrets), dans des systèmes d’idées (abstraits).

 La propagande. — Elle prend une place capitale dont l’ancien prosélytisme religieux n’était qu’un faible essai. Elle dispose d’une instrumentation toujours plus perfectionnée : l’école, la presse, la radio, les réunions, le cinéma, les fêtes et cérémonies, l’église. Le bourrage de crânes pendant la guerre, un an de propagande de la presse Morgan aux États-Unis et les esprits préparés à la guerre. Maintenant un ministère de la propagande en Allemagne confié à Goebbels. Le Dr Walter Gross a réduit à ces trois points les principes de la propagande : 1° se limiter à quelques idées simples, voire primitives ; 2° présenter des idées comme indiscutables ;3° ne cesser d’enfoncer ces idées dans la conscience des masses comme avec un marteau. Cependant toute propagande basée sur des erreurs et des mensonges finit par faire éclater la contraction avec la réalité. Alors arrive la méfiance et la propagande se casse le cou.

Problème ultime de la documentation.

 Dans chaque science, dans chaque ordre d’activité, il y a intérêt de chercher à définir son problème ultime, un état assurément loin d’atteinte, mais susceptible de stimuler et coordonner les recherches particulières en leur fixant une direction générale.

Le problème ultime de la connaissance scientifique : connaître si bien toute la réalité, ses êtres, ses phénomènes et ses lois qu’il soit possible de désintégrer tout ce qui existe,de le reconstituer, de l’ordonner de manières différentes. Le problème ultime de la technique : Un seul homme n’ayant plus qu’à pousser un bouton pour que toutes les usines du monde, réglées parfaitement entr’elles, se mettent à produire tout ce qui est nécessaire à toute l’humanité. Le problème ultime de la Société : La liberté crée les divergences. Dans un état limite, plus ne serait besoin de recourir à autrui. Chacun pourrait obtenir tout ce qu’il désirerait en faisant appel directement aux choses seules, et en se dispensant des hommes. Ainsi la machine serait devenue la libératrice de chacun, son fonctionnement se faisant par un seul et les choses étant disposées dans l’ordre convenant pour ce seul.

 Et voici maintenant le problème ultime de la documentation (technique et organisation).

 L’homme n’aurait plus besoin de documentation s’il était assimilé à un être devenu omniscient, à la manière de Dieu même. À un degré moins ultime serait créée une instrumentation agissant à distance qui combinerait à la fois la radio, les rayons Röntgen, le cinéma et la photographie microscopique. Toutes les choses de l’univers, et toutes celles de l’homme seraient enregistrées à distance à mesure qu’elles se produiraient.Ainsi serait établie l’image mouvante du monde, sa mémoire, son véritable double. Chacun à distance pourrait lire le passage lequel, agrandi et limité au sujet désiré, viendrait se projeter sur l’écran individuel. Ainsi, chacun dans son fauteuil pourrait contempler la création, en son entier ou en certaines de ses parties. [fin de l’extrait]

Paul Otlet est parfois considéré, d’ailleurs par les anglophones plus que par les francophones d’ailleurs, comme un des premiers théoriciens des sciences de l’information. La première phrase de l’extrait nous en montre d’emblée la portée :

Il y a trois fonctions à considérer : A. Informations (données) ; B. Documentation (fixation en des documents) ; C. Communication (transmission).

 Le passage suivant est plus sibyllin : Travail— Livre. — Livre instrument de la pensée. — Pensée, essence de l’être humain etaussi instrument de la création du milieu qui étend, élargit, amplifie l’être humain

  On a toutefois une pensée de l’homme augmenté,qualifié ici d’ « amplifié » grâce au livre comme instrument de la pensée.

S’en suit, un plaidoyer pour la documentation comme seule réponse à un phénomène inquiétant : l’hyperséparatisme qui résonne ici comme un anti-universalisme. On pourrait être tenté d’en faire une lecture actuelle, mais le contexte est celui de la succession des conflits des deux guerres mondiales :  « Du train dont marche le monde, en voie d’hyperséparatisme, il n’y aura bientôt plus que la documentation pour établir un contact régulier et bienveillant entre les hommes. »

 Arrive dès lors la figure réticulaire qu’ Otlet associe à la documentation, l’œuvre principale finalement de son existence, le développement d’un réseau de documentation (sous-entendu mondialisé et universel)

 Je ne détaille pas ces passages, car il reflètent les travaux précédents de Paul Otlet. La partie sur classification fait référence à la classification décimale… mais pas seulement.

 On est ici dans une recherche d’écriture scientifique et de langage universel :

Cette expression elle-même ne saurait être que synthétique et conséquemment elle doit réaliser à son tour les progrès auxquels ne peuvent plus prétendre nos pauvres langues et notre vieille écriture. Elle doit combiner à la fois le meilleur de ce qu’ont apporté la Terminologie scientifique, la Notation, la Figuration schématique, la Mesure et la Standardisation, la Mathématique (algorithme, formule, calcul).

 Une sorte de mix entre différents courants, dont les formes peuvent également rappeler les tentatives autour d’Otto Neurath, mais ici on est dans des formes plus complexes. Le projet évoqué rappelle que le langage donne forme à l’esprit et qu’il convient donc de dépasser les vieilles langues pour en produire de nouveaux :

 La forme du langage exerce une influence prépondérante sur la forme de l’esprit. Le langage dirige inconsciemment notre mentalité, car il est l’élément essentiel de la pensée.Créer une Classification synthétique avec notation concise des idées c’es tdoter l’esprit d’une véritable langue écrite universelle capable d’agir puissamment sur la forme elle-même de la Pensée.

On est à nouveau ici dans l’amplification ou l’augmentation avec une langue qui ouvre des perspectives mentales étendues.

 Impossible d’être exhaustif sur l’analyse de ce passage.Toutefois, j’ai le sentiment qu’il se comprend mieux à la mesure de nos avancées actuelles. On peut retrouver pas mal de pistes contemporaines à Otlet pour les expliquer, mais probablement pas en totalité.

 Les parties sur l’expression et sur la propagande sont intéressantes pour les sciences de l’information et de la communication toutes entières et pas seulement pour le domaine de l’information science ou de la documentation. Otlet est clairement ici un théoricien de l’ensemble du domaine et on y trouve finalement déjà en germes les futurs travaux de l’école de Francfort ou des écoles qui vont étudier les médias.

 Mais le plus intéressant au final dans ce court extrait est ce passage futuriste et déjà transhumain à bien des égards et qui sont désignés chez Otlet comme les problèmes ultimes depuis ceux de  la recherche scientifique jusqu’à ceux de la documentation. Je vous invite à lire ce passage final qui va encore plus loin que le traité de documentation et qui constitue l’état de la pensée de Paul Otlet à la fin de sa vie. Sans doute faut-il réfréner une lecture trop rapide ou trop ancrée dans notre contextuelle actuelle. Cependant, je suis tenté de suivre les conseils de Valère Darchambau lors d’un débat avec un collègue qui avait bien du mal à comprendre où voulait en venir Paul Otlet. Il replaçait les travaux d’Otlet dans une perspective longue :

« Les audaces mentales de M. Otlet, ses “utopies” diront certains, prennent toute leur valeur lorsqu’on les considère en fonction du cerveau mécanique ultra-rapide que constituent ces machines. Cette caractérisation multiple et différentiée à laquelle voudrait aboutir M. Otlet, pratiquement inutilisable dans un délai valable par nos cerveaux humains lents et vite rebutés, sera vraisemblablement le “code” par le truchement duquel les machines statistiques révèleront prochainement (dans 5, 20, 50 ou x années des rapports insoupçonnés et insoupçonnables entre les choses. » [ Valère Darchambeau. Archives du Mundaneum (PP P0 462)