Le projet

 

HyperOtlet : un projet de recherche interdisciplinaire, collaboratif et innovant

Dans le cadre de son appel à projet 2017, l’Agence nationale de recherche (ANR) a retenu le projet HyperOtlet porté par le Centre Maurice Halbwachs (CNRS) en collaboration avec ses partenaires scientifiques : l’Enssible laboratoire MICA (Université Bordeaux 3), le Mundaneum de Mons et la MSH-Paris Nord (CNRS, Universités Paris 8 et Paris 13).

Il s’agit d’un projet interdisciplinaire, francophone, collaboratif et innovant – correspondant au défi 8 (Sociétés innovantes, intégrantes et adaptatives), axe 5 (Cultures, création, patrimoines) de l’appel à projets de l’ANR – qui se propose de combiner des recherches scientifiques et des recherches appliquées.

Le projet porte sur une œuvre majeure de l’histoire de la documentation, le Traité de documentation de Paul Otlet écrit en 1934 par le juriste et documentaliste belge, 10 ans avant sa mort.

Le contexte : Paul Otlet et l’invention de la documentation

Sensible à l’accélération de la production documentaire, à la prolifération des supports (photographie, phonographe, téléphone, cinéma), à la diversification des formes (livre, revues, journaux, etc.), Paul Otlet est à l’avant-garde de la modernité en créant de nouveaux instruments d’organisation des connaissances : il « invente » une tradition de savoirs qui préparera le développement du « nouveau régime documentaire » (B. Müller) du siècle à venir.

Connu pour ses travaux en matière de bibliographie, créateur avec Henri La Fontaine de la classification décimale universelle (CDU), du répertoire bibliographique universel (RBU) qui rassemble tous les ouvrages publiés dans le monde, quels que soient le sujet et l’époque, mais aussi fondateur de l’Office international de bibliographie en 1895 dont la visée était de faire reconnaître l’information comme discipline scientifique, Paul Otlet, dont l’oeuvre est entrée dans le domaine public en 2015,  est aujourd’hui  reconnu par ses héritiers pour avoir été aussi bien un visionnaire de la société de l’information – à qui l’on doit l’utopie du Palais Mondial-Mundaneum inauguré en 1920 à Bruxelles[1]- qu’un précurseur d’Internet.

Présentation du projet : les enjeux de recherche du Traité de documentation

Le projet HyperOtlet se propose précisément de revenir sur cette œuvre avant-gardiste afin de la replacer dans sa complexité contextuelle et de mettre à disposition d’une communauté d’experts, une éditorialisation critique du Traité de documentation.  Inscrit dans les sciences de l’information et le développement des Humanités numériques, le projet de recherche vise à dépasser le modèle désormais classique de l’édition web augmentée pour permettre l’utilisation d’un outil d’édition scientifique critique qui s’appuie sur un nouveau dispositif numérique : « l’hyperdocument ».  Non seulement un texte augmenté, mais un texte décomposé en documents, susceptibles d’engendrer de nouveaux enrichissements, organisations et  modélisations.

Le Traité de documentation, Le livre sur le livre : un enjeu majeur de recherche en SIC pour documenter l’histoire de la documentation

Théorie, méthodologie et pédagogie de la documentation, le Traité de documentation est un objet paradoxal dès lors que le projet documentaire de son auteur est de dépasser le livre, de le dé-livrer de sa clôture, de désintégrer son contenu sur des fiches re-déployées dans une encyclopédie-documentaire.

Objet hybride, livre par sa reliure et sa clôture, il est aussi une accumulation de pages/fiches, une agglomération de dossiers, une collection de classeurs, un répertoire et une encyclopédie. Nous envisageons de le traiter comme un « hyperdocument », comme l’espace d’un dispositif de régulation d’une nouvelle technologie intellectuelle (Pascal Robert) et d’une nouvelle architecture de la connaissance : la documentation.

Comme « hyperdocument », le TD contient en lui-même les conditions et les possibilités de sa mise en « documents », de sa « documentarisation ». Comme livre il contient la matière pour fixer une nouvelle tradition intellectuelle et éditoriale. C’est donc dans ces tensions entre technologie, matérialité, organisation des savoirs et invention d’une tradition que le projet est placé.

[1] Imaginé comme un « musée de l’humanité technique et scientifique » par Paul Otlet et Henri La Fontaine, le Palais mondial surnommé par la suite le Mundaneum, est conçu pour intégrer tous les savoirs du monde dans une logique d’éducation. Pour ces visionnaires utopistes, le Mundaneum avait pour but de réunir dans un même lieu toutes les connaissances du monde et ce sous toutes ses formes (livres, affiches, journaux venant du monde entier…) en les classant selon le système de Classification Décimale Universelle (CDU) qu’ils avaient mis au point dans le gigantesque Répertoire bibliographique universel, que d’aucuns considèrent aujourd’hui comme l’ancêtre de Google. Inauguré à Bruxelles en 1920, le Palais Mondial fut fermé en 1934 pour libérer la place, et les collections furent plusieurs fois déménagées, à partir de 1941, jusqu’à être finalement installées en 1992 à Mons. Aujourd’hui, le Mundaneum est un centre d’archives. Réouvert au public en 1998 après une profonde rénovation, il a retrouvé son âme grâce à la scénographie de la salle d’exposition réalisée par François Schuiten et Benoît Peeters dont l’univers surréel est à la mesure de ce projet titanesque.